Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Association cultuelle de l'Eglise protestante unie de Saint Lô-Manche Sud.

Lire la mort de Jésus dans l'Evangile de Marc

Ce mardi 4 novembre, nous sommes rassemblés à Granville pour lire le récit de la mort de Jésus dans l'Evangile selon Marc.

Louis lit le chapitre 15 de Marc, du verset 20 au verset 39.

Marguerite fait remarquer que la narration de la mort même de Jésus est très concise. Jésus intervient peu dans ce récit: il ne prend pas le vin à la myrrhe (anesthésiant) qu'on lui propose, il lance ce cri "Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?" et meurt. Face à cet effacement de Jésus, Marc rapporte beaucoup de choses et de paroles sur tout ce qui entoure la mise à mort de Jésus.

Michel note qu'au milieu de toute cette activité prosaïque autour d'une exécution, il y a deux incursions d'un ailleurs, d'un autre ordre: le rideau du temple qui se déchire dans le temple, et les ténèbres qui recouvrent toute la terre.

Louis insiste sur un récit très marqué par le judaïsme, une interprétation de l'événement nourrie des textes de l'ancien Testament, notamment des psaumes et des Prophètes.

Denis reprend verset après verset et nous nous arrêtons sur:

-Simon de Cyrène, le premier à porter la croix!

-le refus de Jésus de boire le vin.

-le titulus, c'est à dire le motif de la condamnation portée sur la croix.

-les insultes.

Une discussion vive mais respectueuse porte sur les paroles de Jésus: "Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?"

-pour les uns c'est un cri très humain de Jésus qui fait l'expérience dans une douleur insondable-et au bord d'expirer- de l'abandon.

-pour les autres, c'est un cri de foi du fils de Dieu qui dit sa culture, celle des psaumes (le psaume 22).

Abandon de Dieu ou abandon à Dieu, la question pose celle de l'identité du Christ, de sa nature humaine ou/et divine.

Nous souhaitons tous suivre la confession du centurion romain: "Celui-ci est le fils de Dieu"

et nous nous donnons rendez-vous pour voir de plus près le psaume 22.

Denis Prizé

Commenter cet article