Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Association cultuelle de l'Eglise protestante unie de Saint Lô-Manche Sud.

Culte premier dimanche de l'Avent, Saint-Lô

Ce dimanche 30 décembre Michel Desiage-Urbain anime le culte de l'avent et accueille les frères et soeurs par ces mots:

Bonne et heureuse année à tous !

Non, je n'ai pas un mois d'avance.........

Pour la tradition de l’Église, l'année commence avec le 1er dimanche de l'Avent.

C'est aujourd'hui le début de l'année liturgique.Le temps de l'Avent, c'est un temps où on se prépare. Un temps où on attend.....

Un temps où on se réjouit d'un heureux événement, celui de la venue du Fils de Dieu dans notre monde.

On l'attend et on s'en réjouit parce que cette venue va venir tout changer dans notre vie. Elle va nous remplir de bonheur....

Michel, à la suite de Klaus qui avait médité à Granville sur la prophétie de Zacharie sur le messie et l'âne, poursuit avec l'accomplissement de cette prophétie en Matthieu 21:

Cette histoire de Jésus qui entre à Jérusalem comme un roi est l'histoire d'un énorme malentendu, d'un malentendu fatal !

Les hommes et les femmes de la ville l'applaudissent et poussent des cris de joie. La foule entière jubile, elle se réjouit, elle est en transes.

Jésus n'est pas seul. Ses amis l'accompagnent. Et ils sont fiers de pouvoir être comptés parmi les amis de cet homme, de ce roi que la foule acclame.

Cette foule attend beaucoup de Jésus : il doit chasser les Romains qui occupent la terre de Palestine ; il doit redonner le prestige à la nation, un prestige perdu depuis les rois David et Salomon ; il doit rapprocher les hommes et les femmes de ce pays de leur Dieu, le Dieu de l'ancienne alliance.

Les habitants de Jérusalem font une haie d'honneur à celui qui doit les délivrer.

C'est déjà là que se situe le malentendu, c'est déjà là qu'ils se trompent tous.

Même les amis de Jésus se trompent. Ils le connaissent pourtant depuis longtemps. Et pourtant, ils attendent autre chose de lui. Ils attendent aussi un peu de gloire et de prestige. C'est pourquoi, ils sont heureux quand Jésus entre dans la ville, accueilli par des milliers de personnes. Sa gloire, c'est un peu leur gloire. Son triomphe, c'est un peu leur triomphe.

Malentendu, terrible malentendu !!

Ce même texte vient nous rejoindre aujourd'hui, non pas en début de semaine de la Passion, mais au début du temps de Noël.

Alors méfions-nous du malentendu, méfions-nous des apparences trompeuses, des fausses illusions. Le roi annoncé, espéré, attendu par le peuple, recherché par les savants de l'Orient, recherché par la garde rapproché d'Hérode, ce roi n'est pas dans un palais, ni sur un trône. Il ressemble à tout sauf à un roi.

A Jérusalem, la foule et les amis de Jésus se trompent. Car Jésus n'entre pas dans la ville pour s'asseoir sur le trône de David ou de Salomon. Il ne va pas lever une armée pour combattre les Romains. Il ne va pas s’asseoir avec les chefs religieux pour discuter de l'avenir de la foi et l'avenir du peuple choisi par Dieu. Bien au contraire.

Le plus grave, c'est que eux, les amis de Jésus, savaient que ce serait différent. Il leur avait dit qu'il allait mourir à Jérusalem, condamné à mort et exécuté par les chefs religieux et par les Romains. Mais çà, ils n'ont pas voulu le croire, parce que c'était trop difficile.

En cette période de l'Avent, nous le savons aussi. Et pourtant, année après année, nous allons au devant d'un grand malentendu.

Culte du dimanche 30 novembre 2014 7

PREDICATION (suite)

Car ce qui se passera dans quelques jours, lorsque le calendrier fera un petit arrêt sur le 24 décembre, ce n'est pas la venue dans le monde d'un enfant rose et joufflu, innocent et synonyme de cadeaux, de lumière ou de guirlandes. Pourtant, c'est comme cela que cela se vit depuis des années, depuis des siècles.

Malentendu, énorme malentendu. Terrible malentendu !

Revenons en arrière. Malgré la joie et la fierté d'être associé à ce triomphe, les amis de Jésus ont peur. Dans cette foule hurlante de joie, dans cette foule au bord de l'émeute, c'est Jean qui nous le rapporte, les amis de Jésus ont peur ! Ils ne comprennent plus rien, et ils s'inquiètent. Qu'arrivera-t-il demain ?

Toutefois, ils continuent à faire confiance à Jésus. Il les conduit sur un chemin qui leur convient, qui leur plaît, du moins c'est ce qu'ils pensent.

Ils sont prêts, comme le dit Pierre, le principal ami de Jésus, ils sont prêts à le suivre jusqu'au bout. Le chemin leur semble dégagé, sans problèmes ni encombres.

Mais il y a un obstacle majeur. Il y a une croix au bout du chemin !

Pour l'instant, le petit enfant sur la paille ne nous trouble pas beaucoup. Innocent , et paisible. Il est adorable, dans le sens qu'il est facile à adorer. Qui pourrait ne pas s'extasier devant ce poupon si charmant ?

Ce chemin de l'adoration facile est aussi celui que s'imaginaient les amis de Jésus. Mais souvenez-vous, il y a un obstacle majeur. Il y aune croix sur le chemin !

Quand j'étais petit, nous faisions des jeux de piste. Deux ou trois s'en vont, posent des flèches, ou des signes sur le chemin, et les autres doivent les suivre pour finalement les retrouver. Il était permis de faire des fausses pistes, qui ne conduisaient nulle part, des pistes que l'on signalait en y dessinant une croix.

Eh bien ! La foule et les amis de Jésus sont sur une fausse piste, et nous aussi, dans notre manière d'adorer l'enfant Jésus, nous sommes sur une fausse piste, une fausse piste qui va buter sur la croix. Une impasse. Il va falloir faire demi-tour pour trouver le vrai chemin.

C'est du moins ce que l'on peut croire. Mais, somme toute, cette piste n'est peut-être pas aussi fausse que cela. Seulement, il ne s'agit pas de s'arrêter au premier obstacle venu, même s'il a l'importance d'une croix en plein milieu de la route, même si cela ressemble fort à une impasse.

Quand Jésus dit : « Je suis le chemin de vérité et la vie... », cela veut dire qu'il peut conduire, qu'il peut mener au-delà de ces obstacles insurmontables que sont la croix et les souffrances

Culte du dimanche 30 novembre 2014 8

PREDICATION (suite)

Il dit que le chemin continue après la mort. Et il est prêt à ouvrir le passage, à nous frayer le passage. Et cet autre chemin, de l'autre côté, conduit à Dieu. Jésus dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne peut arriver à Dieu le Père, s'il ne passe pas par moi. »

Choquant, n'est-ce pas en pleine période de l'Avent et de Noël ? Choquant d'évoquer déjà le Vendredi-Saint et la croix du Golgotha ? Mais, honnêtement, Noël a-t-il un sens sans la croix ?

Pour nous aujourd'hui, cela est aussi difficile à comprendre que pour la foule des amis de Jésus, il y a 2.000 ans. Nous aussi, nous attendons un Dieu qui règle tous nos problèmes.

Nous attendons un Dieu qui apporte la réponse à toutes nos questions, la solution à toutes nos énigmes.

Nous attendons un Dieu qui élimine la souffrance de ce monde, la peur, la maladie, l'injustice, la haine, la mort ! Nous attendons de Dieu qu'il nous ouvre, sans conditions, les chemins du ciel !

Mais le Jésus de Noël n'est pas venu pour cela. Le malentendu existe aussi pour nous. Et il existera toujours. L'histoire de Jésus, de la foule et de ses amis nous le montre. Il est venu pour marcher avec nous, non sur les chemins du ciel, mais sur les chemins de notre vie d'homme et de femme.

Les problèmes existent et existeront toujours. Il y aura toujours autant de haine et de souffrance, de guerre et d'injustice.

Mais Jésus marche à côté de nous. Et sa présence nous donne la force de surmonter toutes les défaites et tous les échecs. Il se réjouit avec nous de nos victoires.

Ce temps de l'Avent nous invite à nous mettre en chemin pour l'attendre, pour cheminer ensuite avec lui, grâce à lui et pour lui à travers le monde des hommes.

Ce temps de l'Avent nous invite à dépasser le malentendu et à aller vers les autres pour leur dire la bonne nouvelle : à Noël, Dieu, s'est fait homme, par amour pour les hommes, jusqu'à mourir par amour sur la croix.

C'est finalement cela le message essentiel de Noël !

AMEN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article