Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Association cultuelle de l'Eglise protestante unie de Saint Lô-Manche Sud.

Culte de la transfiguration

Ce dimanche 1er mars, Denis anime le deuxième culte de carême. Ce culte a pour thème la transfiguration.

Trois lectures sont faites:

Exode 33 : 18-23. L’être humain ne peut voir Dieu dans sa totalité. Moïse en fait l’expérience.

1 Rois 19 : 11-13. Dieu ne se laisse pas voir là où on l’attend. Elie reconnut Dieu dans le silence d’une brise.

Marc 9: 2-10. Jésus est transfiguré.

Pour ce deuxième dimanche de Carême, un peu plus d’un mois avant Pâques, l’évangile du jour est celui du texte de la Transfiguration. C’est un récit qu’on appelle en exégèse une théophanie, c’est-à-dire « une manifestation » de Dieu. Une expérience d’ordre mystique : comment des disciples de Jésus ont été mis en présence avec la divinité pendant leur cheminement avec Jésus de Nazareth. Comment rencontrer Dieu dans un face à face ? Comment voir autre chose du monde que ce qui peut nous apparaître prosaïque ou décevant?

Le texte commence par cette indication : « six jours après ». Six jours après quoi ? L’evangile de Marc n’est pas clair, mais dans les textes qui précèdent jésus venait d’annoncer sa passion, il mourrait, et puis il y avait eu aussi cette promesse : « le royaume annoncé par jésus allait venir avec puissance ». 6 jours sans qu’on sache ce qui s’y est passé, six jours d’une vie ordinaire en Palestine quelque part vers l’an trente. Ce n’est pas dans ces six jours que Dieu se manifeste, mais le 7eme jour, jour important, celui du repos. Un jour à part, celui de la spiritualité. Pour nous aussi, il nous faut nous extirper du quotidien, de la pression de nos agendas pour rencontrer Dieu. Notons que dans le livre de l’Exode, Dieu se manifeste et appelle Moïse à monter sur la montagne également après 6 jours.

Jésus emmène trois hommes parmi ses plus proches disciples, de simples marins pêcheurs, trois comme Aaron, Nadab et Abihu près de Moïse. Pierre est le leader, Jacques (pas le demi frère de Jésus, mais le fils de Zébédée, et Jean fils lui-même de Zébédée, celui que Jésus aimait).

Ils gravissent la montagne. Pour rencontrer Dieu il faut prendre de la hauteur. Le nom de la montagne n’est pas mentionné. L’Hermon où Jésus était dans le chapitre précédant, le Thabor ?. La montagne dans la Bible est souvent le lieu où Dieu se manifeste. Même si nous n’avons pas ici de montagnes, nous pouvons trouver un lieu et un espace de retraite, loin des foules, mais pas seuls forcément : ils sont 4 à gravir la montagne. Dieu se manifeste avec et dans mes frères et sœurs.

Le texte nous dit très simplement, dans le style propre à marc, que Jésus est transfiguré : en grec métamorphosé., il change de forme, d’apparence. Quand nous rencontrons Dieu, il nous parait différent, autre que ce que nous avions imaginé. Dans l’expérience de la rencontre avec Dieu, d’autres choses se font jour. Dieu change de visage. C’est bien normal sinon Dieu ne serait comme le disent les athées qu’une projection de notre esprit. Cette transfiguration est décrite très sobrement : seuls les vêtements sont décrits sont éblouissants avec une image tirée de la teinturerie. Plus blanc que blanc comme dans nos publicités. Cette lumière si souvent décrite par les mystiques quelle que soit leur appartenance religieuse.

Deuxième élément de cette transfiguration : ils voient Jésus parler avec Moïse et Elie. Deux personnages morts il ya plus de 900 ans quand se passe l’épisode. La rencontre avec Dieu nous fait participer avec ceux qui nous ont précédés. Le Dieu que nous confessons est aussi celui de ceux qui ont quitté cette terre. Dieu n’est pas solitaire, mais relations, il n’est pas monolithe mais communion. Il est intéressant de noter que ces deux personnages symbolisent l’histoire d’israël : Moïse, la plus grande figure, le législateur, Elie, le prophète du temps d’Achab. Elie est l’image même du prophète. Dans notre foi chrétienne, rencontrer Dieu c’est poursuivre l’alliance avec le Dieu d’Israël.

Avez-vous noté comment Pierre réagit face à cette transfiguration : il est heureux « Il est bon que nous soyons ici ». Rencontrer Dieu c’est être dans le maximum de bonheur qu’on puisse imaginer, le seul qui ne déçoive jamais. En même temps il est pris au dépourvu, il ne sait comment agir et a peur. Rencontrer Dieu, c’est rencontrer le TOUT Autre. Pierre est très terre à terre. Il pense logistique : combien de tentes à monter dans le camping de la Transfiguration. Il voudrait bien fixer les choses ; et pourtant on ne peut pas rester tout le temps sur la montagne.

Dans cet épisode de la Transfiguration, il y a une parole à la fois claire et voilée par une nuée. Belle image de Dieu qui se révèle en une parole toujours à éclaircir à intepréter. Ce qui devrait éviter tout dogmatisme, toute intolérance. Ici la parole reçue est : « Celui-ci est mon fils bien aimé » est une citation du psaume 2, d’un chant utilisé dans les cérémonies d’investiture du roi. La parole nouvelle est souvent une parole ancienne réinterprétée. C’est la deuxième fois qu’est affirmé le mystère de la filiation divine de Jésus.

On a demandé aux disciples de ne pas rapporter ce qui avait été vu jusqu’à la résurrection. Aujourd’hui que le Christ est ressuscité-c’est le sens de notre dimanche, nous pouvons relire et annoncer ce message de la transfiguration. Dire à nos contemporains que les choses ne se résument pas à leur apparence, que ce monde et tout ce qu’il contient est appelé à la suite du Christ à être transfiguré. Je vous invite chacun, chacune, à gravir à deux ou trois ou seul cette montagne par la prière. Louer Dieu pendant quelques minutes et accueillir en silence, et il se manifestera et bien des choses dans votre vie seront transfigurées.

A Dieu seul la gloire

Denis

Commenter cet article