Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Association cultuelle de l'Eglise protestante unie de Saint Lô-Manche Sud.

Longueur, largeur, hauteur

Chantal Caraboeuf-Lemarignier anime le culte de ce 31 janvier à Saint-Lô, un culte inspiré d'une réflexion d'Alain Houziaux.

Les trois passages bibliques lus ont été:

Juges 6:11-12,14-16

Isaïe 54:2 et 58:6-7

~~Un petit garçon m'a dit:Je sais ce que c'est la longueur, la largeur et la hauteur ! Je lui ai dit : Bravo. C'est utile car tu verras, dans la vie, ce qui compte, c'est la longueur, la largeur et la hauteur. Pourquoi ? Me direz vous ? La vie est d'abord une affaire de longueur. La vie est longue, surtout vers la fin qui est parfois pénible. La vie est aussi une affaire de largeur. Comment donner de la largeur à sa vie ? Pour les moins de 60 ans, comment faire pour sortir du boulot, dodo ? Pour les autres, comment faire pour sortir de l'ennui, de la monotonie, du manger et essayer de dormir ? Enfin, la vie est une affaire de hauteur. Pour tous, comment faire pour donner des ailes à sa vie ? Reprenons ces points un par un. La vie est d'abord une affaire de longueur Le temps passe très vite mais la vie est très longue. Nous sommes inquiets et avons parfois l'impression que nous n'aurons jamais assez de force, d'énergie, de dynamisme, de courage pour supporter la vie jusqu'à la fin, pour aimer la vie jusqu'au bout. Alors, je voudrais vous vous dire simplement ceci : va seulement avec la force que tu as. Je sais, tu n'as que la force que tu as, mais va quand même avec cette force-là. Et tu verras, elle te suffira. Prenons l'exemple de Gédéon, ce héros de l'Ancien testament. C'est un paysan comme les autres. Et Dieu lui dit : il faut que tu sois brave, il faut que tu affrontes les dangers. Et lui, il répond : Mais voyons, tu n'y pense pas. Je ne pourrai jamais y arriver. C'est exactement ce que nous disons tous lorsque les choses deviennent difficiles. Et Dieu répond à Gédéon : Va avec la force que tu as, cela te suffira. Oui, c'est vrai, demain tu auras de nouveau à faire face. Demain, ce sera de nouveau difficile. Mais va seulement avec la force que tu as. Va avec ce que tu es, avec ce que tu as. Cela te suffira. On te dit que, pour affronter la vie, il faut être fort. Et bien, moi, je vous dis : ce n'est pas vrai. Tu peux avoir peu et tu pourras vivre avec ce peu. De même que l'on peut croire avec peu de foi. On peut aussi espérer avec peu d'espérance et on peut même aimer l'autre avec peu d'amour. En tout temps et en tout lieu, tu trouveras ce qu'il te faut de courage, ce qu'il te faut de pain, ce qu'il te faut de pardon. Tu verras, cela te suffira. La force qui compte le plus dans la vie, est la sérénité. Ce petit bout de sérénité qui demeure au fond de nous, même lorsque nous sommes battus et bousculés par les épreuves, comme les gongs qui résistent même quand la porte est battue par le vent. Dieu tient le montant de ma porte. Il existe aussi une autre force dans la vie, c'est la capacité à oublier le passé avec son lot de mauvais souvenirs et de rancunes qui nous empêchent de vivre. Si nous considérons chaque aujourd'hui comme le premier jour de la vie qui nous reste à vivre, alors il n'y a pas une seconde à perdre. Comme le chantait Édith Piaf : je repars à zéro, je me fous du passé et du mal qu'on m'a fait. Profitons du temps et des forces qu'il nous reste, cela nous suffira pour tenir la longueur. Musique La vie est aussi une affaire de largeur. Lorsque la vie manque de largeur, nous avons l'impression de tourner en rond, c'est le mal de vivre, la mélancolie, l'ennui, qui peuvent quelques fois conduire au suicide. Comment faire alors ? S'il y avait des remèdes, nous le saurions. Pour vous éclairer, je vais vous raconter la petite histoire d’Élie Wiesel. Il était une fois un vieillard alerte, curieux de tout et qui s'intéressait à tout. Il s'adresse à Dieu ainsi : Dis-moi, mon Dieu, le paradis, c'est quoi ? J'ai passé des heures à chercher partout ce qu'est le paradis et je ne sais toujours pas ce qu'est le paradis. Dieu lui répondit avec sa voix profonde : mon ami, tu sais très bien ce qu'est le paradis. Tu es déjà au paradis. Être curieux de tout, c'est le paradis de la vie, c'est la largeur de la vie, c'est le plaisir de la vie. C'est le remède à la mélancolie et à l'ennui. Nous trouvons aussi clairement cette réponse dans le livre d'Esaïe 54 verset 2: « Élargis l'espace de ta tente, agrandis la tente où tu vis ? Allonge les cordes de ta tente. En résumé : Mets du large dans ta vie. Une dernière illustration tirée de la Bible, une parabole de Jésus dans Matthieu 25. Il était une fois des gens qui s'intéressaient à leurs prochains et même à leurs lointains. Ils portaient de la camomille à la petite dame d'à côté, tricotaient des couvertures pour les enfants de Madagascar et apprenaient le jeu de l'oie au petit arabe du coin mais ne fréquentaient pas les églises. Arrivés au paradis, Jésus-Christ leur dit : je vous connais bien, je vous ai souvent rencontrés. Ils dirent : Ah ! Ça nous étonnerait, sur la terre nous n'allions ni à la messe ni au culte. Le Christ leur répondit : chaque fois que vous vous êtes intéressés à quelqu'un, qu'il soit rupin, ou gredin, c'est moi que vous avez rencontrés même si vous n'en saviez rien. S'intéresser aux autres est le contrepoison de la solitude, de la lassitude de vivre et de la monotonie. S'intéresser à son prochain (pour rappel le prochain peut avoir 2 sens : le prochain c'est celui qui est proche mais c'est aussi la prochaine personne que vous rencontrerez) s'intéresser à son prochain donc, c'est donner du large, de la largesse à sa petite vie. S'intéresser à son prochain c'est donner de la largeur à la vie. Musique La vie est une affaire de hauteur. La hauteur de la vie, c'est quoi ? Prendre de la hauteur, c'est quoi ? Prendre de la hauteur, c'est d'abord un peu le sens de l'humour. Quand on reste au ras des pâquerettes, les taupinières paraissent des montagnes infranchissables, insurmontables. Par contre, les taupinières vues d'en haut avec un peu d'humour sont beaucoup moins terribles. Elles reprennent leur juste place.En somme, regarder d'en haut avec humour, c'est un peu épouser le regard de Dieu qui observe les femmes et les hommes avec un tendre sourire malicieux. Mais donner de la hauteur à sa vie n'est pas seulement cela. Ce qui donne la bonne hauteur à la vie, c'est d'avoir pour sa vie, un désir, une ambition qui dépasse les petits intérêts personnels et le petit bonheur personnel. C'est recevoir cet appel du prophète Esaïe 58 v 6 Brise les chaînes injustes, combats pour la liberté des opprimés, partage ton pain avec celui qui a faim. Si tu vois un homme nu, couvre-le. Et ne te détourne pas de ceux qui sont comme toi. Nous entendons souvent cette question : a-t-on besoin d'une religion ? Il me semble que oui. Pourquoi ? Parce que cela donne des racines et aussi des ailes à la vie. Des ailes pour prendre le parti du Dieu de Jésus-Christ. Des ailes pour vouloir mettre un peu d'arc-en-ciel au creux des ornières et des souffrances de ce monde. Oui ; des ailes pour vouloir l'impossible, pour espérer l'impossible et même pour entreprendre l'impossible. Avoir la foi, c'est prendre le parti de Dieu, être dans le projet de Dieu. Prendre le parti de Dieu, ce Dieu un peu fou, fou d'amour,qui court pour embrasser les enfants prodigues, qui paie les ouvriers de la onzième heure autant que ceux de la première heure, qui ordonne que l' »on aille chercher les clochards pour les inviter à sa table. C'est vrai, ce Dieu est un rêve un peu fou et je veux le défendre, ce Dieu d'amour, de jeunesse, d'idéal et d'utopie. Je veux me mettre à son service et faire ce que je peux, là où je peux. Ce Dieu qui est une force de protestation, d'insurrection, de résurrection et d'indignation. Saint Augustin a écrit ceci à propos de l'espérance : « L'espérance a 2 très beaux enfants. L'un s'appelle le courage et l'autre la colère « . Oui, vous avez bien entendu, les 2 enfants de l'espérance, ce sont le courage d'entreprendre ce que l'on peut entreprendre et aussi l'indignation et la colère devant les injustices. C'est tout en un, ces 2 enfants sont des jumeaux. Ainsi, voyez vous, ce qui donne de la hauteur à la vie, de la force à la vie, c'est l'indignation. En conclusion, l'enfant du début de cette prédication connaît la longueur, la largeur et la hauteur et je souhaite vivement que la vie lui apprenne 3 autres points importants : • la sérénité et l'oubli du passé pour vivre la longueur de la vie._ •la curiosité et l'intérêt pour les autres pour vivre la largeur de la vie •l'indignation devant les injustices pour vivre la hauteur de la vie.

Commenter cet article