Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Association cultuelle de l'Eglise protestante unie de Saint Lô-Manche Sud.

Culte dimanche 13 mars

Chantal préside le culte ce matin à Saint-Lô. Elle propose une méditation inspirée d'une prédication du pasteur Jacky Leprat. Le texte biblique proposé est:

Jean 9 versets 1-7 et 35-36

Le cadre est posé :

A Jérusalem, un aveugle de naissance qui souffre car il n'a jamais vu personne. Il croise le chemin de Jésus qui ne voit pas ses apparences mais sa souffrance cachée. L'homme ne voit pas Jésus, la lumière du monde. La lumière est là mais il lui manque le regard.

C'est alors que les disciples demandent si cet homme ou ses parents ont péché ; pourtant comment serait-il possible qu'un enfant commette une faute et il est impossible aussi que cet enfant porte la responsabilité d'un péché de ses parents.

Pourquoi la souffrance ? Qui a péché ? Quel mal a était commis pour être puni ?

Ces interrogations finissent souvent dans des impasses ou des jugements sans pitié. Ici, nous voyons l'aveuglement des apôtres face l'aveuglement de cet homme solitaire dans sa nuit.

A leurs questions, Jésus répond : « ce n'est ni à cause de son péché, ni à cause du péché de ses parents. « Jésus ne nie pas le péché de cet homme pas plus que celui de ses parents, mais il reconnaît un lien entre la cécité et un péché. C'est la première lumière dans cette histoire.

Nous avons tous entendu ce type de questions : qu'ai-je fait pour être malade ? Pourquoi a-t-il un cancer ? Pourquoi cet enfant est-il malade ?

Jésus a dit qu'il n'est pas venu pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Paul quant à lui pense que toute la création est dans la douleur et soupire, elle n'est pas encore achevée. La création est esclave du périssable et de la fragilité.

Blaise Pascal disait que Dieu nous a laissé dans un aveuglement dont nous ne pouvons sortir que par Jésus-Christ.

Jésus explique que cet homme n'est pas aveugle pour une faute, mais c'est pour que l'on connaisse ce que Dieu fait. Jésus dirige l'attention des disciples non vers la cause de l'infirmité mais sur ce que Dieu peut faire à partir de nos souffrances.

La guérison de l'aveugle entre donc dans un projet de Dieu, dans les œuvres que Jésus doit accomplir comme signe de son amour pour l'être humain. L'aveugle ici sert de signe d'espérance à tous les laissés-pour-compte de l'existence. Il nous sert de lumière. Si le mal est une œuvre de destruction, Dieu fait une œuvre de restauration qui ira de la lumière du jour jusqu'à l'éclat de notre résurrection.

L'aveugle ne demande rien, Jésus ne lui demande pas non plus s'il veut être guéri, il prend l'initiative de le guérir, il fait le premier pas. Dieu nous a aimé le premier.

Ensuite, Jésus pose ses mains sur les yeux de l'aveugle et applique la boue faite de terre et de salive, comme le fait le potier pour modeler un vase. Les mains du Seigneur de la vie caressent le visage douloureux du mendiant. Il donne de la valeur à ce visage et redonne une identité à l'homme qui seul peut ressentir la solidarité, la présence discrète et attentive de celui qui touche ses yeux. Jésus n'explique pas ce qu'il fait, il attire l'attention de l'homme pour le préparer à accueillir une Parole. Le silence de Jésus appelle l'aveugle et aussi chacun d'entre nous à lui faire confiance.

Un message nous est donné : l'homme se retrouve dans une obscurité effrayante avec cette boue sur les yeux. Cette nuit nous montre que l'homme est prisonnier des ténèbres. Paul l'a dit de la manière suivante : l'humain ne sait où il va, les ténèbres ont aveuglé ses yeux.

Comme Dieu a créé l'homme avec la poussière de la terre, la boue semble signifier que Jésus continue la création première, inachevée et blessée.

Jésus nous interpelle pour nous donner un message d'espérance.

Enfin, Jésus donne un ordre précis à l'aveugle : « Va et lave-toi au réservoir de Siloé. « et Jésus lui donne le temps de s'enfuir ou de croire. Ainsi, Jésus réveille en lui la foi et l'espérance qui sommeillent en son cœur. La Parole de Jésus adapte l'aveugle à une lumière qui va éclairer tout son être extérieur et intérieur. Aussi l'aveugle en avançant, montre son désir de guérir, son espoir et sa confiance.

Siloé, selon Jean signifie « Envoyé « car cette eau était envoyée jusqu'au réservoir par un souterrain et d'abord envoyée de Dieu. Par ce nom, Siloé, nous pouvons penser à l'envoyé de Dieu venu dans notre monde pour guérir les cœurs brisés, pour guérir les aveugles et leur donner la vue. Cet envoyé est le Christ.

En résumé, Jésus semble dire à l'aveugle : « Va vers l'Envoyé de Dieu, va vers Jésus de Nazareth et tu auras la lumière de la vie.

Cet homme qui obéit les yeux fermés, nous apprend que la foi est une espérance et une persévérance. « Il se lave et quand il revient,

il voit «

Ce n'est pas l'argile qui a guéri l'aveugle, ni la salive du Christ, ni l'eau de Siloé mais la Parole du Christ qui a trouvé un cœur accueillant et confiant.

L'aveugle de Jérusalem représente la situation de tout homme avant de rencontrer le Christ, enfermé dès sa naissance dans les ténèbres de l'ignorance sur le le sens de la vie , sur la mort et sur Dieu.

Lorsque, plus tard, Jésus rencontre de nouveau l'aveugle guéri, il lui pose la question : Crois-tu au Fils de Dieu ? Jésus veut faire passer l'aveugle guéri de la lumière sensible à la lumière intérieur car cet homme connaît Jésus sans savoir qui est vraiment Jésus.

« Seigneur, qui est-ce ? Je veux croire en lui. «

Le mendiant ne connaîtra pas Jésus-Christ en le regardant seulement comme l'homme qui a fait de la boue pour guérir ses yeux. Jésus est plus grand que ses miracles. Nous découvrons la personne du Christ au fur et à mesure que nous nous relions à lui en accueillant son Évangile.

« Seigneur, qui est-ce ? «

« Eh bien, lui répond le Christ, tu le vois qui te parle maintenant. «

Encore le verbe « voir « .Mais c'est un autre regard qui s'ouvre. Les yeux de son âme s'ouvrent sur l'Envoyé de Dieu le Père qui vient habiter parmi nous et dont il voit maintenant l'immense bonté. Avec ce miracle, Jésus révèle à chacun de nous que nos yeux vont s'ouvrir.

Esaïe annonçait déjà que les sourds entendront les paroles de la Bible, et, sortant de l'obscurité, les aveugles se mettront à voir. Ce qui signifie que le Seigneur nous donne l'intelligence pour connaître le vrai Dieu. Vous êtes des aveugles mais la splendeur du Christ brillera dans les vallées sombres de vos cœurs. Vous êtes aveugles mais encore un peu de temps et vous me verrez, dit Jésus, et votre tristesse se changera en joie.

Mettons-nous en route vers l'Envoyé de Dieu qui siège dans les cieux et qui marche aussi avec nous dans nos chemins d'inquiétude.

Un jour, lavés des boues par son Esprit, nous le verrons tel qu'il est et nous serons semblables à Lui. Arès les ténèbres, la Lumière ! Amen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article