Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Association cultuelle de l'Eglise protestante unie de Saint Lô-Manche Sud.

Ce dimanche 20 novembre Chantal anime le culte à Saint-Lô.

Je vous invite à vous lever

Bonjour à chacune et chacun d'entre vous.

 

La grâce et la paix vous sont données de la part de Dieu

notre Père et de Jésus-Christ notre sauveur.

Le Seigneur nous appelle.

Le Seigneur nous rassemble.

Le Seigneur nous unit.

Il est présent parmi nous.

 

Un pasteur suédois est en vacances sur une île grecque. Sur le quai, il observe les pêcheurs qui tiennent dans leurs mains des colliers de perles. Ce sont les chapelets grecs, les Koumboloïs, faits de gros grains d'ambre, avec lesquels ils aiment jouer.

Dans de nombreuses traditions et religions, les chapelets sont des instruments de prière:le rosaire le chapelet musulman ou encore le collier bouddhique.

Notre touriste imagine alors un bracelet de perles dont chaque perle est mise en relation avec la foi. Je vous propose d'égrener ensemble ce bracelet de perles de la foi.

La lecture biblique du jour est

Matthieu 13: 44-46

La prédication est inspirée du pasteur Baltzinger.

Dans l’Evangile de Matthieu, au chapitre 13, nous trouvons une petite parabole qui parle de perles et de Royaume de Dieu : « Le Royaume des cieux ressemble aussi à un marchand qui cherche de belles perles. Quand il en a trouvé une de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède et achète cette perle ». Ici, il n’est pas question de collier ni de bracelet, mais d’une perle de grande valeur, trouvée par un marchand. Celui-ci est incontestablement un connaisseur. Il a déjà eu l’occasion de voir et de poser dans ses mains beaucoup de perles. S’il vend tout pour acquérir cette perle de grande valeur, c’est qu’elle est vraiment exceptionnelle. De cette courte parabole nous ne pouvons pas déterminer l’élément qui ressemble au Royaume des cieux : le marchand qui cherche, la perle de grande valeur ou le fait de tout vendre pour l’acheter. Nous devons plutôt avoir une perception globale de la parabole. Elle nous parle de Dieu, de la foi et du Royaume des cieux. Il est difficile de décrire ce qu’est effectivement le Royaume des cieux. Nous serons toujours en deçà de la réalité du Royaume. Nous savons cependant dire ce à quoi il ressemble. L’image du marchand à l’affût d’une perle précieuse nous dit que le Royaume des cieux est une quête. Une quête personnelle. Dans d’autres passages de la Bible, il est une recherche communautaire. Le Royaume est communion fraternelle. L’avènement du Royaume des cieux est dans la conjonction d’une recherche personnelle et d’une communion. Le marchand trouve une perle de grand prix. Le Royaume des cieux est d’une grande valeur, une valeur si grande que celui qui le trouve est prêt à tout perdre pour le recevoir. Rien n’est plus important que la certitude d’y habiter. L’espérance trouvée dans la réalité du Royaume dépasse toute espérance et commence dans notre existence.

Les perles de notre bracelet ne sont pas le Royaume, elles n’ont pas de grande valeur comptable. Elles parlent de la perle précieuse du marchand de la parabole. Elles parlent de notre quête pour la trouver. La première est la plus grande des perles. Elle est dorée. Elle est là pour dire Dieu. Lumière éternelle. Début et fin de notre vie sont en lui. Dans sa bonne présence nous pouvons trouver le désir de vivre. Nous avons la certitude que rien ne peut nous séparer de son amour. Notre vie n’est pas une errance sans fin. Elle prend sa source et son sens en lui.

 

Commenter cet article