Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Association cultuelle de l'Eglise protestante unie de Saint Lô-Manche Sud.

Ce mardi 28 février, nous nous retrouvons au centre Jean XXIII pour lire les premiers versets du chapitre 3 de la lettre de Jacques.

Tout ce passage est une réflexion sur la langue, un texte que nous recevons comme une virulente mise en garde.

Marguerite rappelle l'anecdote de la vie de l'auteur antique Esope:

“On raconte que son maître Xanthos, lui ayant donné l’ordre d’acheter au marché ce qu’il y aurait de meilleur, Ésope n’acheta que des langues sous prétexte qu’il n’y a rien de meilleur que la langue, lien de la vie civile, clef des sciences, organe de la vérité et de la raison, de la prière etc.”
“Pour l’embarrasser, Xanthos lui commanda le lendemain d’acheter ce qu’il y a de pire. Le lendemain, Ésope ne fit servir que des langues, disant que la pire chose qui soit au monde c’est la langue, mère de toutes les disputes, source des divisions et des guerres, organe de l’erreur et de la calomnie, du blasphème et de l’impiété."
 
Michel rappelle que  texte de Jacques fait écho aux enseignements des Proverbes et des Psaumes.
A trop et mal parler, il y a danger pour la communauté chrétienne de trahir l'Evangile, de perdre l'unité de l'Eglise, de créer de l'injustice, de rester dans un cycle mortifère.
 
Si la langue non domptée est un mal qui divise, la Parole reçue est un bien qui structure le chrétien.
 
 
 
 
 
 

 

Commenter cet article