Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Association cultuelle de l'Eglise protestante unie de Saint Lô-Manche Sud.

Ce vendredi, Denis anime la veillée du vendredi saint à Granville:

Nous sommes réunis ce soir, comme tant de Chrétiens de par le monde, pour faire mémoire de la mort de Jésus de Nazareth. Toute cette veillée sera une réflexion sur les sept dernières paroles de Jésus en croix :

Chant 405

 

Luc 23 : 26-27, 32-33

Chant 458

 

 

Première parole :« Père, pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font », Luc 23:34

 

La première parole du Christ est sans doute la plus admirable, et sans doute la plus difficile à comprendre. Comment pardonner à ceux qui vous torturent, à ceux qui vous tuent ? Chacun sait qu’il est difficile de pardonner à qui vous fait du mal. A la souffrance se mêle le sentiment légitime de l’injustice pour celui ou celle qui a été offensé Le pardon n’est pas l’oubli. Comment Jésus de Nazareth pourrait-il une seule seconde oublier alors que la souffrance lui rappelle à chaque instant le mal qu’on lui fait ? Le pardon n’est pas lâcheté. Comment Jésus pourrait-il même s’il le voulait humainement se venger ?Le pardon n’est pas complaisance avec le mal. Si les bourreaux ne savent pas le mal qu’ils font, le fils de Dieu le sait. Le pardon est cette attitude qui permet de se libérer d’un enfermement dans le mal, il ouvre à une réconciliation possible, par delà le mal. Il faut du temps pour pardonner, or Jésus a peu de temps. Pardonner peut paraître au dessus de nos forces, alors il faut s’adresser comme Jésus au Père, lui est toujours prêt à pardonner….

 

Prions :

Le Christ en croix appelle au pardon. Comment pourrions nous rester insensibles à cet appel : faisons effort ce soir pour penser à ceux ou celles à qui nous n’avons au fond jamais pardonné.

« Père, pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés »

Chorale

 

Chant 452

 

 

Deuxième parole :« Je te dis, c’est la vérité : aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis » Luc 23:43.

 

Jésus s’adresse à un bandit en train de mourir. Ce dernier, que peut-il espérer ? Les promesses, c’est pour ceux qui sont en vie et qui ont du temps pour les voir s’accomplir ou non. Jésus sur la croix fait pourtant deux promesses : la première est celle du paradis, ‘paradeisos’ en grec, c’est à dire un jardin, plein de vie végétale et animale, le lieu de l’arbre de vie. Au delà de la mort, Jésus promet la vie, la fécondité. La deuxième promesse : tu seras avec moi. Au delà de la mort, Jésus promet une communion : les liens ne seront pas rompus par la disparition du corps et des fonction biologiques. La vie éternelle, c’est ce réseau de relations autour du Christ, vainqueur de la mort. En faisant cette promesse, Jésus dit sa foi dans sa propre résurrection. La deuxième parole est annonce de Pâques, au coeur du désastre.

 

Prions :

Le Christ en croix promet au bandit de l’accueillir au Paradis. Ce que le Christ nomme vérité est au coeur de notre foi Chrétienne. Aide-nous Seigneur à accueillir cette promesse, et à la transmettre. Aide-nous à devenir des incorrigibles optimistes, qui, sans naïveté, face aux périls qui nous environnent, affirment, qu’il y a toujours un espoir, puisque Jésus ne nous abandonnera jamais. Comme Lydie près d’Elisabeth, aie confiance, il y a un royaume à venir.

« Père, que ton Royaume vienne ».

Chorale

 

 

Troisième parole :« Mère, voici ton fils » « Disciple, voici ta mère » Jean 19:26,26

 

Jésus s’adresse à sa mère Marie et à Jean, le disciple pour qui il avait une affection marquée. La vie est faite de perpétuels changements dans nos vies relationnelles : deuils, éloignements, ruptures. Jésus, même dans son agonie, demeure soucieux des autres, inquiet de l’avenir de ceux qui vont lui survivre dans cette vie terrestre. Il invite à prendre soin les uns des autres, à renforcer les liens de solidarité, à lutter contre l’isolement.

 

Prions :

Le Christ en croix confie sa mère à son disciple. Seigneur, donne nous la force de prendre soin de ceux qui survivent, renoue les liens distendus dans nos familles et parmi nos amis.

« L’Eternel te dit : Aime ton prochain comme toi même »

 

Quatrième parole « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?  Ei, Eli, lama sabaktani» Matthieu 27:45

 

Le cri de Jésus a été diversement compris, à commencer par ses premiers auditeurs : appelle-t-il Dieu ou le prophète Elie ? Le psaume 22 lui revient-il à la mémoire, dans ses réminiscences d’homme juif qui souffre ? S’abandonne-t-il à Dieu, ou est-il traversé par le doute ? L’heure est angoissante, et la foi n’exclut pas les interrogations, et les moments de solitude. Cette parole, qu’elle que que soit l’interprétation qu’on lui donne, me bouleverse. Le Christ vit son humanité dans ce qu’elle a de plus difficile.

 

Prions :

Le Christ en croix crie sa souffrance à Dieu. Seigneur, que la souffrance du monde ne nous laisse pas indifférent, que nos propres épreuves ne réduisent pas au silence notre relation à Dieu.

« Père, ne nous laisse pas entrer en tentation »

 

 

Cinquième parole : « J’ai soif » Jean 19:26

 

Cette cinquième parole de Jésus, tout humain pourrait la dire. C’est la seule parole véritablement universelle, et c’est justement pour cela que Jésus la dit. Maman me disait qu’une de ses amies la veille de son décès à l’hôpital, n’arrêtait pas de demander : « à boire, à boire ». Jésus expérimente le besoin le plus fondamental et s’associe ainsi aux manques les plus essentiels. Jésus éprouve la dépendance et le manque.

 

Prions :

Le Christ en croix a éprouvé la soif. Seigneur, des millions de personnes ne peuvent satisfaire leurs besoins les plus essentiels. En ce printemps 2017, toute la corne de l’Afrique est menacée par la faim et la soif. Donne nous de tendre un verre à qui a soif, à manger à qui a faim.

« Père, donne nous notre pain de ce jour »

 

Sixième parole : «  Tout est accompli » Jean 19:30

 

La mort fait de toute vie humaine un destin. Parmi les milliards de destins humains, nous croyons que celui de Jésus fut unique, nous croyons comme Renan que Jésus fut un homme incomparable par son altruisme, sa capacité à entrainer des gens, à les enseigner,à les secourir. Nous croyons qu’il fut le messie attendu par le peuple d’Israël, nous croyons qu’il fut le fils de Dieu, qu’il était la Parole même de Dieu, Dieu fait homme.

 

Prions : Seigneur, toute vie humaine est un destin que nous confions à toi. Fais que notre vie réponde au projet de Dieu. Que notre vie, courte ou longue, soit remplie de l’Esprit.

« Père, que ta volonté soit faite »

 

Septième parole : « Père, je remets ma vie dans tes mains »Luc 23:46

 

La septième et dernière parole de Jésus est une parole d’abandon. Jésus s’abandonne à Dieu. Il lâche prise, comme on dirait aujourd’hui. La dernière parole est une parole de confiance. Lui qui avait tant de force, d’autorité, de vigueur (il a une trentaine d’années), il se repose dans un autre, dans le Tout autre. En même temps ce Tout autre est son Père.

Prions : Le Christ en croix s’est remis à son père. Seigneur, donne nous la grâce de nous confier en définitive à toi et à toi seul. Remettons à Dieu, nos joies et nos peines, nos réussites et nos échecs, la santé et la maladie, la pauvreté et la richesse, nous remettons nos vies entre tes mains.

Et finalement « Que ton nom soit sanctifié ».

 

Chant « j’ai tout remis entre tes mains.

 

« Jésus pousse un grand cri, il dit : « Père, je remets ma vie entre tes mains ». après qu’il a dit cela, il meurt . Il baisse la tête dans sa mort »

Ainsi mourut le 7 avril 30 Jésus de Nazareth sur une colline de Jérusalem.

 

Commenter cet article